باكلي محمد

باكلي محمد

باكلي محمد

Plasticien scénographe, professeur formateur et auteur

Plasticien scénographe, professeur formateur et auteur. Né en 1957 à Tafilelt .Diplômé de l’école des beaux-arts de Constantine, et de l’école nationale des beaux-arts d’Alger (1979-1983), boursier de l’académie royale des beaux-arts de Bruxelles. Il séjourne à l’atelier Indermaure en Suisse (1988), et à l’atelier Rondot en France de (1989 à 1991). A son actif bon nombre d’expositions personnelles : (Alger salle El-mougar (1981), Ibn khaldoune (1986), Oran palais de la culture (1996), Casta cegna Italie (1988), Dio avec Merdoukh galerie Ezzour Alger (2013)… Il participe à de nombreuses expositions : notamment à Alger: centre Abbane Ramdane (1984) avec Martinez, Issiakhem et autres,Palais de la culture Moufdi Zakaria( 2006), galerie art en liberté (2006-2007), à Constantine (maison de la culture et des arts) 1996, à Besançon France (1987-1996), à Paris(1990), à Marseille(1985), Adrar (1987) à Oran galerie elfa(1995). A Tipaza, il réalisa une installation en hommage à son ami Tahar Djaout (1995) intitulé : les bâtisseurs de ruines, il participe à la rencontre méditerranéenne(2007-2008), à Berlin( Allemagne) à la grafikstudiogalerie – yeed (2007- 2010), et au patrimoine de l’humanité Ghardaia (2007), à la biennale méditerranéenne Oran( 2010), à BBA (2012), à la rencontre internationale d’art contemporain Mostaghanem (2012), Ouargla(2013), Setif, khenchela, Belabbes, Guelma, Mila Cherchelle, Belabbes, Annaba …. Et à une installation urbaine : Triangle (Lyon 2014), à fait son apparition dans le film de : Noureddine Bekkaye, et de Tarek Teguya, Il rejoint le collectif : Inifalastine en solidarité avec le peuple Palestinien(2014), Galerie Asselah Alger, Pancevo Belgrade (2015) ….
Possédé par la lumière Mohammed Bakli fut dans un premier temps un adepte de l’impressionisme avant de se retrouver au cœur de l’expressionisme qu’il délaissera pour un expressionisme abstrait. Le célèbre écrivain et journaliste Tahar Djaout disait de lui : « Nous assistons chez Mohammed Bakli à un va-et-vient entre la figuration et l’abstraction entre la lumière impressionniste et la liberté d’expression abstraite qu’offre l’expressionnisme. Les couleurs celles du jour et celles de la nuit nous éclairent et nous guident, Mohammed Bakli les prend et les travaille pour en faire des éléments particuliers mais qui nous interrogent sans cesse ».
Mohammed est l’auteur d’un ouvrage intitulé El-djamel el-fenni, il est aussi l’auteur d’un récit : Ghardaïa en flamme why, et d’un roman intitulé : Le colonel Bakir, auteur du logo: millénaire d’El-Atteuf. Il réalise des travaux d’architecture intérieure notamment à Ghardaïa, Alger, Paris, Beaumont de Lomagne (Toulouse)…. Des bas reliefs, des installations scénographiques, il réalise une fresque avec les enfants issus de l’émigration au clairs-soleils (France) 1991, participe au SOS Somalie 1992. Il est l’auteur de la scénographie : l’eau le remporta sur la semoule de Mohammed Islam Abbas (1988, et de : prière pour un fou de Kader Attou au centre chorégraphique de Belfort France (1999). Il remporte plusieurs prix nationaux : premier prix des oasis en(1989), premier prix de la peinture non figurative en 1998 au festival de kalaat Béni-Hammed……Honoré par plusieurs organismes notamment : civ-œil d’Oran, la direction de la culture de Ghardaïa et de BBA, par l’ARETE de Besançon, la ville de Metlili…
Il participe à plusieurs émissions de radio et de télévision depuis 1981. L’artiste à la personnalité engagée, ses actions dans le champ, Humanitaire environnementale et sociale sont multiples….

Shares